Discrimination liée au sexe

Description de l'enjeu

Les communautés lesbiennes, gaies, bisexuelles et transgenres (LGBT) sont bien implantées à Montréal. Elles participent à la vie économique, sociale et culturelle de la métropole en apportant la touche qui les distingue et qui enrichit la société.

Le village gai de Montréal est une destination reconnue qui vit sous une lumière et une liberté toute particulière. Le Village se donne comme limites géographiques les rues Papineau, René-Lévesque, Berri et Ontario couvert par le Poste de quartier (PDQ) 22 du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM).

Compte tenu de la concentration de sa population LGBT, le secteur est mobilisé et sensibilisé pour répondre aux agressions à caractères discriminatoire et haineux. Les acteurs sociaux et communautaires, des organismes, groupes de soutien et d’information œuvrent à aider et faciliter l’intégration et l’harmonie des différents milieux et à mieux faire connaître la réalité LGBT.

En 2010, suite à une recrudescence d’actes homophobes, le SPVM lançait un formulaire de dénonciation anonyme. Plusieurs agressions n’étaient pas dénoncées puisque les procédures judiciaires qui s’en suivaient obligeaient des victimes à exhiber sur la place publique une orientation sexuelle qu’ils voulaient parfois préserver. Le formulaire, toujours actif permet à la police de récolter des informations sur les agresseurs et faciliter la sécurisation des lieux tout en conservant l’anonymat des citoyens. La dénonciation demeure un enjeu actuel.

«Outre les mesures législatives contre la haine et les mesures répressives pratiquées lorsqu’il est possible, la prévention par l’éducation et la sensibilisation du public, les partenariats, les coalitions et les actions communautaires contre le racisme et la discrimination demeurent des voies importantes pour contrer les crimes motivés par la haine.»
Lecture de l’environnement
du Service de police de la Ville de Montréal.
SPVM. 2010.
/BIBLI/DISCRIMSEX_Lecture-de-lenvironnement_SPVM2

Lire la suite