La Table des groupes de femmes de Montréal :: 20 ans d’engagement au féminin

Manque de représentation, grande pauvreté des femmes ou itinérance au féminin, les dossiers s’accumulent pour le regroupement de la Table des groupes de femmes de Montréal (TGFM). L’organisme soulignait récemment 20 ans d’engagement au féminin.

Deux décennies plus tard, il y a donc encore beaucoup de travail à faire pour soutenir les Montréalaises dans leur quotidien. «Ce sont souvent de vieux dossiers qui prennent de nouvelles formes. La plus grande visibilité de l’itinérance au féminin ou le retard des femmes en politique prennent plus de place, mais les réalités des femmes restent toujours d’actualité pour nous», relève la coordonnatrice des festivités du 20e anniversaire de l’organisme, Anne Pasquier.

Avoir 20 ans
Vingt ans après sa fondation, la Table tenait à célébrer les projets accomplis. Un temps pour les retrouvailles et aussi l’occasion de mettre en lumière une collaboration avec l’Association des femmes de la Médina (AFEME) de Dakar au Sénégal. Yacine Diagne, sa présidente en visite à Montréal, a présenté le Réseau des femmes élues de Dakar.

«Elle est venue partager son expérience. C’était l’occasion pour nous de souligner ce partenariat important Nord-Sud entre l’AFEME et nous. Nous partageons encore notre expertise et nos outils dans un souci d’égalité et d’enrichissement mutuel», explique Mme Pasquier.

Fort de ses 58 groupes membres – Action travail des femmes, Centre des femmes de Montréal, Femmes africaines de Montréal, etc. -, l’organisme a également souligné son anniversaire au Musée du Fier Monde lors d’une soirée plus festive, le 27 octobre dernier.

Femmes et politique

Présente dans de nombreux dossiers qui concernent les femmes – développement social, santé, inclusion, antiféminisme, égalité – la TGFM milite pour une plus grande présence des femmes en politique. «C’est un dossier important. Les femmes représentent la moitié de la population et elles devraient être plus présentes dans les instances dirigeantes pour donner plus de visibilité aux intérêts et aux besoins des femmes», relève la coordonnatrice.

La table fait d’ailleurs la promotion d’outils – Guide la relève municipale, L’école citoyenne, etc. – pour que les femmes prennent en main leur destin politique.