FADOQ-Montréal :: Les aînés en action

Des aînés qui manifestent pour la gratuité des transports en commun sur le territoire montréalais, d’autres qui se mobilisent contre les frais accessoires. Le 1er octobre dernier célébrait la Journée internationale des personnes âgées, mais l’image de ces citoyens a bien changé.

Il s’agit d’un groupe non homogène, avec des attentes et des valeurs variées, de plus en plus visible et mobilisé pour faire connaitre leurs droits. «Les aînés d’aujourd’hui exigent le droit à des conditions de vie décentes sur le plan du logement, du transport, du revenu, de la sécurité et de la participation. Ils ont une soif d’être bien informé et de participer aux prises de décision, particulièrement dans le secteur de la santé et des services sociaux», soutient la directrice générale de FADOQ-région de Montréal, Christine Lécuyer.

Vieillir en santé ?
Le Québec connaît actuellement un vieillissement marqué de sa population. Depuis 2011, la province compte plus de personnes de 65 ans et plus que d’enfants de 0 à 14 ans – la projection estime que le 1er juillet 2024, cette tranche de la population atteindra 20,1 %, et 25% en 2055 de l’ensemble des Québécois.

Mais seront-ils en santé ? «Les conditions de vie ont un effet sur la santé. Si les aînés sont bien entourés, ont de saines habitudes de vie et ont une situation financière satisfaisante, l’état de santé de la personne est sûrement meilleur qu’une personne qui vit des situations d’abus, de maltraitance ou qui vit l’isolement et l’exclusion sociale», explique la directrice.

Elle souligne que 43% des personnes âgées au Québec bénéficient du Programme de Supplément de revenu garanti (SRG) – donc près de la moitié d’entre elles ont de faibles revenus. «Les femmes sont plus touchées que les hommes et c’est à Montréal qu’on retrouve la plus forte proportion de personnes touchant le SRG», précise Christine Lécuyer.

Un contrat social pour les aînés

Inquiet des impacts du vieillissement de la population sur la qualité de vie des aînés, le réseau FADOQ a initié un contrat social pour une qualité de vie adéquate des aînés. Ce contrat social aborde de façon positive le vieillissement en mettant de l’avant la qualité de vie des aînés : la santé, la sécurité, le bien-être et l’appartenance.
fadoq
«Quels seront les impacts qui découleront de la précarité des régimes de retraite et des pressions exercées sur le réseau de la santé et des services sociaux ? Ce contrat social propose à la société civile, aux organisations, aux entreprises et élus de signer le contrat social afin de reconnaître que nous avons une responsabilité collective de protéger la qualité de vie des aînés», soutient Mme Lécuyer.

La FADOQ en chiffres
Le réseau FADOQ, qui rassemble 445 000 membres au sein de 789 clubs réunis en 16 regroupements régionaux, développe différents programmes (Aîné Avisé, Résidences actives, Qualité Vie) et activités tout en représentant les personnes de 50 ans et plus pour influencer sur les décisions et les politiques qui les concernent.

Une équipe qui prend aussi position contre l’âgisme. «C’est bien présent dans notre société et souvent de façon très subtile. Je crois qu’il est important de faire valoir le rôle qu’exercent les personnes âgées dans la société tant sur le plan social qu’économique et l’immense potentiel de leur contribution», relève la directrice du regroupement montréalais. Notre société est-elle prête à relever les défis du vieillissement de la population?