Dépanneur-fraîcheur :: Manger frais au coin de la rue

Rendre les fruits et légumes frais accessibles dans des secteurs considérés comme des déserts alimentaires, tel est l’objectif du projet «Dépanneur fraîcheur» faisant la promotion de l’alimentation santé au coin de la rue.

«Ce n’est qu’un début. Il s’agit d’un projet pilote avec neuf dépanneurs participants dans quatre quartiers, mais il est destiné à s’étendre à d’autres quartiers dès l’automne. Il y a un guide d’implantation et de l’accompagnement pour tous ceux qui voudraient suivre le mouvement», relève Fabie Gauthier-Carrière, la chargée de projet du Regroupement montréalais des Dépanneurs Fraîcheur.

Premier dépanneur accrédité
L’accréditation d’un premier «Dépanneur fraîcheur» – le Dépanneur Caravelle, au coin des rues Dufresne et Logan, dans le quartier Centre-Sud – a permis de lancer une campagne de visibilité de cette initiative. Un site internet et une carte interactive aideront les citoyens à les repérer du bout de leur clavier tandis qu’un autocollant les identifiant sera apposé sur la vitrine du dépanneur.

«Sur le site, il sera possible de trouver des recettes faciles, des vidéos et surtout, la géolocalisation des dépanneurs. Grâce à cet outil, les citoyens à trouver les dépanneurs et s’approvisionner en fruits et légumes frais. Pour les dépanneurs fraicheur et ceux qui voudraient le devenir, c’est une belle promotion et un moyen de trouver de nouveaux clients», ajoute Fabie Gauthier-Carrière.

Le virage santé des dépanneurs
Pour être «Dépanneur fraîcheur», le commerce de proximité doit vendre différents fruits et légumes – avocats, tomates, pommes de terre, pommes, oranges, etc. – à un prix abordable et dans un espace dédié. Ce virage santé serait même une bonne affaire pour les commerces. Le premier participant – celui sur la rue Fullum, dans Centre-Sud – a réalisé près de 1000$ de vente de fruits et légumes au cours des trois premiers mois et c’est en progression.

Ouverts à l’année, dans un commerce existant et situé au cœur des quartiers ciblés, les dépanneurs se procurent des légumes auprès des organismes en sécurité alimentaire des arrondissements, tel «Enraciner la fraîcheur» dans Bordeaux-Cartierville ou encore «Solidarité Saint-Henri». Cette initiative est soutenue par Québec en forme, le Conseil d’économie sociale de l’île de Montréal (CÉSÎM), le CIUSSS Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal et les partenaires du comité du Système alimentaire montréalais.