Maison des jeunes par la Grand’ porte :: jeunesse en tête

Il y a la grande et la petite. La Maison des jeunes par la Grand’ porte renferme en fait plusieurs lieux d’accompagnement et de loisirs destinés aux jeunes. La petite maison cible les plus jeunes, les 6-12 ans. «À 6 ans, nous travaillons dans la prévention de la délinquance. Cela permet de désamorcer la violence et d’intervenir très tôt pour accompagner les jeunes», explique la directrice de l’organisme, Mme Farida Méziane.

Louis-Joseph-Papineau
Depuis 33 ans, la Maison des jeunes a également étendu ses ramifications jusque dans les murs de l’école secondaire Louis-Joseph-Papineau. Le projet, initié avec la Ville de Montréal, offre un point de service dans l’école pour un accès direct aux jeunes, sur l’heure du midi comme après les cours. «Nous sommes là où ils vivent, cela aide à créer des liens avec eux», souligne Mme Méziane. Les activités sportives du midi, les comités d’activités et la coopérative de petits travaux – jardinage, petits travaux – procurent aux jeunes des occupations plus épanouissantes que de traîner dans la rue.

Buffet Insère Jeunes
L’organisme a mis sur pieds une entreprise d’insertion professionnelle, Buffet Insère Jeunes, pour doter les jeunes d’une formation en cuisine ou en pâtisserie. «Pour la majorité, c’est plus pour les aider à cheminer dans le monde du travail, par exemple apprendre à se lever, à respecter les horaires, leur donner des outils pour leur insertion professionnelle», relève Mme Méziane.

Camps de jour
Il y a aussi les camps de jour, estival et hivernal, qui permettent aux enfants de s’initier au soccer, au théâtre et aux arts. Le soutien scolaire et les rencontres de parents visent à créer des liens et à lutter contre le décrochage scolaire à la porte, car les points de services de La Maison des jeunes par la Grande porte sont situés au sein même des HLM où s’installent les familles.

La richesse de la diversité
Le quartier Saint-Michel a mauvaise presse avec ses images de violence et de gangs de rue. Il est pourtant bien plus riche que ça, avec son mélange de communautés ethniques – la communauté haïtienne, présente depuis 20 ans, voisine celles du Maghreb, d’Asie et du Sri Lanka. Le Magasin partage, l’organisme mon Resto Saint-Michel et le Festival des Nations (mi-juillet) collabore avec l’organisme des jeunes pour répondre aux besoins des familles, dont l’incontournable besoin d’emploi.

«Jeune et j’agis»
Le projet «Jeune et j’agis», qui vient de se terminer en décembre dernier, a permis aux participants de créer un journal. Les jeunes journalistes et photographes en herbe ont ainsi rapporté dans les pages du «St-Mich» les petits évènements de leur communauté. «Un projet que nous avons été obligés de couper faute de financement. Nous espérons que les gouvernements réinjecteront de l’argent dans la jeunesse. Chaque action qui permet de les sortir de la rue ou d’une mauvaise passe devrait être encouragée», soutient la directrice.