CIUSSS :: La réorganisation de la santé en marche

Il y a un peu plus d’un an, l’Assemblée nationale adoptait la Loi modifiant l’organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux. Cette loi abolissait les agences régionales pour créer 13 centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) et 9 centres intégrés universitaires de santé et de services sociaux (CIUSSS).

De 182 à 34 établissements
Depuis le 1er avril 2015, le réseau est passé de 182 à 34 établissements. «C’est un gros bouleversement. Ça bouge encore pas mal et nous apprenons à travailler ensemble. Ce qui est positif, c’est que nous avons plus de leviers à notre portée pour améliorer les services médicaux offerts aux patients», relève l’adjointe au président-directeur général par intérim du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal, Louise Mercier.

Une suite de la réforme de 2004
Ce remodelage du réseau de la santé et des services sociaux poursuit la réorganisation amorcée en 2004-2005 qui fusionnait des établissements en Centre de santé et des services sociaux (CSSS) au cœur des nouveaux Réseaux locaux de services (RLS). «C’est dans la droite ligne de la réforme de 2004 dont les effets étaient plus limités en raison du nombre limité d’établissements touchés. Il y a maintenant plus de lieux, ce qui permet une plus grande réorganisation», pense Louise Mercier.

Économies d’échelle et réduction de l’attente
Cette récente étape confie maintenant au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) ou au centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) la majorité des services de santé et de services sociaux au cœur d’un réseau territorial de services (RTS). Le grand territoire du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal s’étend de Ville-Saint-Laurent à Rivière-des-Prairies et comprend deux CLSC, trois hôpitaux, 12 salles de chirurgie, etc.

«Ça change l’agenda et nous sommes à recomposer le personnel d’encadrement tout en essayant de ne pas toucher à l’offre de service à la population. Nous bougeons les services pour les regrouper, pas juste pour faire des économies d’échelle, mais aussi pour diminuer l’attente des patients», rassure Mme Mercier.

Des résultats attendus
Les résultats de la réorganisation ne se verront pas avant deux ans, croit l’adjointe au président-directeur général par intérim du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal. Un constat qu’elle ne verra pas comme employée, car son poste figure sur la liste des postes abolis. Louise Mercier prévoit de rejoindre le réseau de l’enseignement : «Mais j’aurais contribué à la réorganisation à ma façon. Cela ne me rend pas triste», affirme-t-elle.

Faits marquants de la réorganisation