Fouad Zerhouni :: Le gestionnaire au cœur d’or

Il y existe encore des êtres généreux de temps et d’attentions. Le directeur du Mouvement fraternité multiethnique (MFME), M. Fouad Zerhouni est de ceux-là. En accompagnant sa famille au Québec en décembre 1999, ce Marocain d’origine ne se doutait pas qu’il resterait. «C’était au départ un congé sabbatique. Je devais aider mon fils à s’installer et repartir. Finalement, nous sommes tous restés», raconte M. Zerhouni.

L’arrivée
Malgré la terrible tempête de neige de l’accueil et après quelques allers-retours liés au travail, il a finalement posé ses valises de ce côté-ci de l’Atlantique. L’ancien consultant pour l’industrie pharmaceutique a tout d’abord trouvé un petit emploi à l’Institut gériatrique de Montréal avant de se retrouver au chômage.

Mouvement fraternité multiethnique
À la demande de Mme Casimir, sa conseillère à l’emploi, il entre sur le conseil d’administration de Mouvement fraternité multiethnique (MFME). Depuis 40 ans, cet organisme communautaire travaille à l’amélioration des conditions de vie des individus et des familles issus des communautés ethnoculturelles de Saint-Léonard. À cette époque, l’organisme est en pleine restructuration. «Mme Casimir m’a d’abord demandé de l’accompagner dans des démarches financières, puis elle m’a proposé, suite à un départ, de devenir le directeur pour redresser la situation de l’organisme», explique M. Zerhouni.

Implication citoyenne
Un poste qu’il accepte malgré une paye bien maigre – «20 heures au salaire minimum, mais je travaillais plus de 50 heures par semaine» – car il vient de découvrir quelque chose. «Je venais du monde de l’industrie et de la finance et j’ai découvert la générosité. Cette implication citoyenne a donné un sens à ma vie», ajoute le directeur.

Homme de coeur
À 75 ans, M. Zerhouni est un homme impliqué. Il a participé au lancement de la première Coopérative d’habitation de Saint-Léonard. Il est président du conseil d’administration du Centre de recherche d’emploi de l’est de Montréal et du Regroupement interculturel de Saint-Léonard. Le Mouvement fraternité multiethnique lui tient très à cœur. Aide alimentaire, centre de référence et d’accueil de première ligne, lieu de participation citoyenne et d’insertion sociale, l’organisme lutte contre la précarité des nouveaux arrivants – 50 à 80 paniers de nourriture sont donnés chaque semaine – mais aussi les aide à s’intégrer à leur société d’accueil.

Hommage aux bénévoles
Premier arrivé au travail et souvent le dernier parti, M. Zherhouni explique que rien ne serait possible sans les bénévoles : «Ce sont eux qui nous tiennent ouvert depuis 40 ans. Nous sommes l’un des organismes les moins subventionnés de Montréal (45 000$/an). Nous ne pourrions rien faire sans eux, de la comptabilité à la nutritionniste en passant par la maintenance informatique».

Aller vers les autres
Au Mouvement fraternité multiethnique, on créé des liens dans l’entraide. Depuis les premiers temps de son installation à Montréal, Fouad Zerhouni va vers les autres. Il se souvient des conférences auxquelles il assistait dans les bibliothèques, là où il a commencé à se tisser un réseau amical. «Les choix que l’on fait déterminent notre vie. J’ai beaucoup appris et cela m’a épanoui. Il faut rester actif et tenter de s’entraider. Au bout du compte, rien ne nous appartient si vous ne pouvez le donner», tranche-t-il avec un sourire dans la voix.

Entrevue sur Radio-Canada international : «Pas de retraite pour Fouad Zerhouni»