Coop La Maison Verte :: 15 ans de consommation alternative

Après la crise du Verglas de Montréal, en 1998, sept citoyens de Notre-Dame-de-Grâce (NDG) ont uni leurs talents pour lancer la Coop La Maison Verte. Avec pour objectif de briser l’isolement et de favoriser l’autosuffisance alimentaire, les cofondateurs ont ouvert un petit magasin de produits écologiques, doté d’un café accueillant pour les familles.

S’approvisionner d’amitié et de nourriture
«L’idée était d’offrir au quartier un endroit où les gens pouvaient se rassembler, lutter contre la solitude et s’approvisionner bien à prix abordable», raconte la coordonnatrice marketing Pascaline Lauzé Malouin. Tout le monde peut venir faire ses achats à la coop, mais seuls les membres – 10 $ annuellement – bénéficient des rabais et des promotions aux membres.

Épicerie et café
Quinze ans plus tard, la coop de NDG compte 11 200 membres (dont 6 000 membres actifs) et huit employés. Depuis 5 ans, elle a ouvert la porte aux produits alimentaires – souvent en vrac – et est devenue un point de chute de plusieurs fermiers. Elle accueille même un petit marché à ses portes deux jours par semaine. «À la demande de nos membres, nous avons délaissé les vêtements en chanvre moins populaires et introduit aussi les bières de microbrasseries. L’épicerie occupe 70% – 80% de notre superficie», explique Pascaline Lauzé Malouin.

Un anniversaire «végan»
Pour les 15 ans de la Coop célébrés le 21 novembre prochain – le «vrai» anniversaire est le 25 novembre -, un gâteau végan géant, des dégustations et de la musique rassembleront les membres et les non-membres. Une semaine avant la Journée internationale sans achats qui était soulignée chaque année par des portes ouvertes de la boutique où personne ne pouvait acheter quoi que ce soit. «Nous y avons renoncé depuis deux ans, mais c’était un excellent moyen de conscientiser les gens à consommer mieux», soutient la coordonnatrice marketing.

Faire vivre la solidarité au quotidien
Aujourd’hui, propriétaire de sa bâtisse, la Coop mène une campagne pour favoriser une plus grande implication de ses membres sur le modèle du Park Slope Food Coop. «Nous sommes toujours fragiles et nous avons besoin du soutien de notre communauté pour que la coopérative de solidarité perdure. Ils sont chez eux», affirme Mme Lauzé Malouin.