Centre Au Puits :: Apprivoiser l’autonomie, un atelier à la fois

Chaque lundi, les portes du Centre Au Puits s’ouvrent pour accueillir les participants d’ateliers d’apprentissages menant à plus d’autonomie. Des activités destinées aussi à lutter contre l’isolement social et la solitude de personnes vulnérables. «Au fil du temps, nous avons reçu de plus en plus de personnes à déficience intellectuelle. Nous sommes un centre de jour où elles peuvent regagner de l’autonomie et avoir une meilleure estime de soi», relève le nouveau directeur de l’organisme André Paré.

Apprendre et développer des habiletés
Alphabétisation, mathématiques et français, théâtre, photo numérique, informatique, etc. Plus de 18 ateliers visent les compétences de base et le plaisir avec toujours l’objectif d’apprendre à la personne à mieux fonctionner dans la société qui l’entoure. Chaque atelier fait l’objet d’une évaluation et les présences élevées – près de 4 000 participations durant l’année – montrent la nécessité de ce type d’activités.

Autonomie alimentaire
De nombreux participants travaillent, mais viennent participer à quelques ateliers, gérés par des comités, ou les sorties du mercredi : musées, parc nature, etc. Il y a ainsi des cours de cuisine où les participants apprennent à réaliser des recettes de manière autonome. «Apprendre à se nourrir, c’est la base. Les personnes sont alors fières de pouvoir recevoir à dîner. Cela contribue aussi à beaucoup de fierté», relève le directeur.

Une seconde et précieuse famille
Inscrit dans le quartier de Saint-Michel, l’organisme désire proposer des occasions de croissance, soutenir une intégration valorisante, favoriser l’amélioration de la qualité de vie et la création de liens entre les participants. Les participants ont de 25 à 64 ans, mais la moyenne d’âge se situe plutôt autour de 55 ans. «Les adultes vieillissent et souvent les aidants naturels sont moins là pour les aider. Ils viennent donc ici retrouver une seconde famille», affirme André Paré.

Nombreux besoins, nombreux projets
Alors que l’austérité touche de nombreux organismes, le centre Au Puits mise sur les collaborations et la solidarité. De nombreux participants ont participé dernièrement à la Marche de Centraide, un des principaux bailleurs de fonds de l’organisme. Relancer un vestiaire et un soutien alimentaire permettraient de mieux soutenir les membres. «Et nous aimerions aussi, un jour, acquérir une propriété pour ne plus avoir à déménager aussi souvent et alléger nos dépenses», lance le directeur. Un rêve d’autonomie, du côté de l’organisme cette fois.