Juripop :: Accès à la justice pour tous

La clinique juridique Juripop propose des services aux personnes exclues de l’aide juridique et dans l’incapacité financière de payer pour défendre leurs droits. «Le seuil de l’aide juridique trop bas écarte de nombreuses personnes. Il y a près de 40 000 personnes refusées, sans aucune porte à cogner pour se défendre», s’alarme Julien David-Pelletier, directeur général de Juripop.

En s’inspirant des cliniques juridiques universitaires, mais sur le modèle d’économie sociale, l’organisme a vu le jour sous l’impulsion de deux jeunes étudiants de première année au programme du baccalauréat en droit, Katherine Pelletier et Marc-Antoine Cloutier. À l’aide d’une subvention du Centre local d’emploi (CLD) Roussillon, Juripop a ouvert ses portes l’été 2009, à Saint-Constant.

De grands besoins
Six ans plus tard, le bilan est plus que positif. «Avec notre équipe de 7 avocats, nous menons plus de 800 dossiers par année et nous avons aidé plus de 9 000 citoyens. Même si cela représente un changement énorme dans la vie de ces gens, cela demeure un diachylon sur le bobo en raison des problèmes d’accès à la justice encore trop grands», résume Julien David-Pelletier.

Ateliers et conférences
En marge des services et des conseils juridiques, l’organisme désire sensibiliser les citoyens à leurs droits par des ateliers et des conférences. «Il n’y a jamais trop d’éducation au droit. Il est dit «nul ne doit ignorer la loi», mais il n’y a pas de réelle autonomie citoyenne en matière de droit», s’exclame le directeur de Juripop.

Caravane des ainés
Ainsi, la caravane juridique des ainés visite les centres de jour et les CHSLD pour sensibiliser les personnes âgées à leurs droits et aux abus dont ils pourraient être victimes. Avec la collaboration d’un artiste, André Lejeune, les avocats tiennent un atelier d’information au droit suivi de consultations juridiques gratuites et confidentielles avant de terminer par un spectacle dansant.

Le droit à la justice
«Cela permet de briser l’isolement d’une clientèle bien vulnérable», confie Julien David-Pelletier. Une action importante surtout que 80% des citoyens renoncent à aller voir un avocat de peur de ne pas pouvoir assurer les coûts de leur défense.