Les six chapeaux de la réflexion : un outil d’animation pour mener des discussions fructueuses

Edward de Bono a mis au point une méthode permettant à chacun d’exprimer ce qu’il a à dire tout en permettant de découvrir des aspects qui ne lui seraient pas apparus au premier abord.

Avouons-le, si nous n’arrivons pas avec une idée préconçue d’un sujet à l’ordre du jour, notre personnalité aura tôt fait d’orienter notre position. Combien de fois sommes-nous entrés en réunion en sachant à l’avance que Jasmine allait dire non et que Robert aurait une vision irréaliste du projet discuté?

Le plus grand blocage dans une réunion survient lorsque les participants se confinent dans des positions opposées et argumentent en s’enfonçant peu à peu dans un débat stérile où l’émergence d’une réflexion constructive et créative fait cruellement défaut. Bref, on perd son temps! Et ça arrive… (à vous de choisir : souvent, parfois, jamais, toujours?)

La méthode des chapeaux de couleur
Selon De Bono, la réflexion exige de la concentration. Si individuellement, nous avons parfois de la difficulté à rassembler nos idées sur un sujet, imaginons à plusieurs! L’information, la logique, les émotions, tout se bouscule dans nos têtes et dans les discussions. En éliminant la confusion et en permettant aux individus de se distancier de leur ego, la réflexion sera plus sereine et le concept sera bien compris et aura la chance d’aller plus loin.

Comment?
Requis : un animateur et six chapeaux
L’animateur est le maître du jeu. C’est lui qui impose l’orientation de la discussion selon la couleur de son chapeau, signe d’un positionnement précis. La parole est donnée à chacun de manière à ce que tous les participants aient le même angle d’esprit au même moment. La couleur du chapeau n’autorise que certains types de réflexions.

Chapeau blanc
Neutralité : la prise de parole doit se faire pour exposer des faits, des chiffres et des informations. «Je crois que nous avons besoin d’analyser davantage le projet».

Chapeau rouge
Critique émotionnelle : les participants doivent exprimer les sentiments qu’ils ressentent face au projet, sans les justifier. Les informations sont teintées d’émotions, de sentiments, d’intuition et de pressentiments. «Je pense que cette idée n’a aucun bon sens!».

Chapeau noir
Critique négative : lorsque le chapeau noir est sur la tête de l’animateur, les participants doivent faire part de leurs objections, souligner les dangers et les risques. C’est l’avocat du diable qui parle. «Ce projet ne répond pas à nos objectifs, parce que…».

Chapeau jaune
Critique positive : le chapeau jaune libère l’optimisme, la conjugaison des idées, les commentaires sont constructifs et amènent de l’eau au moulin. «En plus de résoudre notre problème, je crois que nous pourrions exporter notre solution pour résoudre d’autres problèmes».

Chapeau vert
Créativité : le chapeau vert transporte les idées ailleurs pour sortir des sentiers battus, les participants provoquent, cherchent des solutions différentes que celles proposées, d’autres manières de voir les choses. «Et si l’argent n’avait pas d’importance?».

Chapeau bleu
Organisation : lorsque l’animateur pose le chapeau bleu sur sa tête, c’est qu’il est temps de canaliser les idées, de faire une synthèse des réflexions ou tout simplement pour rappeler les procédures ou faire régner l’ordre et la discipline!

Le livre «Les six chapeaux de la réflexion» d’Edward De Bono est disponible à la bibliothèque de votre quartier.

Pour mieux comprendre la méthode des six chapeaux De Bono, téléchargez la présentation d’Olivier Richard.

Informations bibliographiques et téléchargement