Le développement social municipal :: Forum des intervenants municipaux en développement social

Un regard dans le rétroviseur historique a pu être jeté et partagé cette fois sur les origines de la mise sur pied d’un département spécifiquement dédié au développement social au sein de l’appareil municipal central, grâce à la présence et aux échanges provoqués par Nicole Boily et Marc Boucher, anciennement directeurs à la Direction du développement social à la Ville.

Leurs propos ainsi que les documents déposés rappellent éloquemment les attentes, les défis et les bons coups relevés, les difficultés et les revers rencontrés, les hauts et les bas de ce champ d’action qui ont jalonné son histoire depuis la moitié des années 1990. Plusieurs faits et leçons ont été évoqués pour le bénéfice de ceux qui doivent actualiser cette mission au quotidien à la Ville de Montréal.

L’appréciation et la perception du travail de ces derniers par l’un de leurs partenaires majeurs – plus précisément par Yves Lévesque, coordonnateur de la table de concertation de quartier Vivre Saint-Michel en Santé et vice-président de la Coalition montréalaise des tables de quartier – a aussi apporté un éclairage intéressant sur les défis qu’il faut relever ensemble afin de faire du développement social une question plus largement partagée par d’autres acteurs (inspection, travaux publics, développement économique, par exemple).

Martin Robitaille, professeur et chercheur de l’Université du Québec en Outaouais nous a entretenus des diverses compétences transversales relatives au métier d’agent de développement territorial ou local qui recoupent tant des aspects d’analyse et d’animation des territoires que de soutien technique et d’accompagnement des collectivités. Fin observateur de ce qui s’est développé dans plusieurs coins du Québec en ce domaine, il a encouragé les conseillers en développement communautaire de la Ville de Montréal à ne pas être paralysés par les paradoxes que peuvent causer parfois ces rôles divers, notamment d’être à la fois bailleur de fonds et accompagnateur des organismes du milieu. Les participants ont bien tenté de dépasser ces paradoxes en cherchant ensemble des solutions et des moyens à mettre en œuvre dans les mises en situation, fictives mais plausibles, proposées le matin même.

Le défi de favoriser et d’assurer un développement global intégré demeure entier. En prenant le recul nécessaire pour s’interroger ensemble sur les moyens à prendre pour mieux s’acquitter de telles tâches et en les partageant avec d’autres acteurs majeurs du développement, incluant des élus, des tables de concertation et des citoyens, les prospectives en ce domaine ne devraient-elles pas être plus claires?
Cette journée de formation s’est d’ailleurs déroulée en partie en présence de Lyn Thériault, conseillère municipale (Vision Montréal) du district Louis-Riel dans l’arrondissement Mercier-Hochelaga-Maisonneuve et responsable du dossier du développement social au sein du Comité exécutif de la Ville de Montréal.

Inclure documents et liens
http://collectifquartier.org/comites-et-groupes/fimds/rencontre-du-7-decembre-2009-le-developpement-social-municipal/