Les relations interculturelles :: Forum des intervenants municipaux en développement social :: Rencontre du 27 octobre 2008

Après avoir effectué une visite guidée d’une durée de 3 heures avec le Collectif d’animation urbaine l’Autre Montréal, le 15 septembre précédent, nous avons voulu approfondir ce thème pour :

  • Mieux connaître les réalités des communautés culturelles et les stratégies à prendre (incluant les attitudes à promouvoir et à privilégier) afin de favoriser le développement de relations harmonieuses entre toutes les composantes de la population d’un quartier ou d’un arrondissement.
  • Mieux cerner ce que l’on peut faire pour améliorer des attitudes et des pratiques au sein de nos organisations et milieux.
  • Prendre conscience que chaque groupe auprès desquels nous intervenons et agissons n’est pas monolithique et s’interroger ensemble sur les meilleures stratégies de communication et d’inclusion à adopter.
  • Clarifier des questions entre nous et voir comment on peut mieux être outillé.
  • Pour atteindre ces objectifs, Claudie Mompoint, conseillère en affaires interculturelles à la Direction de la Diversité sociale à la Ville de Montréal, a d’abord fait un rapide historique et un bref rappel des orientations et des moyens adoptés par la Ville en cette matière de même que dans la lutte contre le racisme. Elle nous a présenté aussi les défis qu’il reste à relever dans ces domaines tout comme dans l’embauche à la Ville d’une main-d’œuvre issue des communautés culturelles.

Rachida Azdouz, vice-doyenne aux études et au développement à la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal (et autrefois responsable de programme en relations interculturelles et conseillère en formation) est venue livrer une conférence qui a permis de mieux cerner les « Défis, enjeux, pratiques et perspectives » sur le plan des relations interculturelles en contexte municipal.

Michel Boudreau, conseiller en développement communautaire à l’arrondissement Saint-Laurent nous a bien décrit les processus qui ont été menés et qui ont conduit à l’adoption d’une Politique interculturelle et d’une Politique familiale dans son arrondissement, sans compter les offres de services adaptés aux besoins de ces nouveaux citoyens qui ont été consultés et qui s’impliquent pour améliorer la qualité de vie de leur milieu. Ce qui n’est pas sans amener de nouvelles manières de faire.

Nancy Raymond, chef de Division Culture à l’arrondissement Verdun nous a ensuite fort bien présenté, dans une allocution intitulée « Gestion de la diversité ethnoculturelle à Verdun », les défis que pose l’arrivée massive d’une nouvelle communauté (chinoise, en l’occurrence) dans un milieu moins habitué aux réalités ethnoculturelles. L’adoption d’une politique en cette matière (incluant des principes directeurs et des orientations) constitue certainement un excellent outil qui permet une intervention plus intégrée dans ce domaine. Tout dépend du processus qui le précède. Dans ce cas, un bon travail de sensibilisation des employés et l’exercice d’une citoyenneté pleine et entière ont permis de développer la capacité du milieu verdunois à accueillir, intégrer et favoriser l’enracinement des communautés ethnoculturelles ainsi qu’à diversifier sa population.

De bonnes expériences très inspirantes! Enfin, une bibliographie exhaustive et bien actualisée nous renvoie aux ressources et recherches pertinentes.

Inclure documents et liens
http://collectifquartier.org/comites-et-groupes/fimds/contexte-et-deroulement-de-la-rencontre/